L’Orientalisme à travers les musées

A travers la question de l’orientalisme, nous avons tenté d’expliquer quel était ce courant, son apparition, son apogée, son influence dans le monde, son contexte historique, géographique, culturel, artistique, littéraire… Nous avons parlé de différents artistes (Ingres, Delacroix, Fromentin etc.), des médiums et des thèmes en orientalisme. Mais à présent, il est intéressant de voir comment cette question de l’orientalisme est traitée à travers des institutions muséales et des sites internets de différents musées, que ce soit expositions temporaires ou permanentes, sur l’orientalisme de manière générale ou sur un axe particulier (artiste, période, pays), ou même simple description globale de ce sujet large. C’est à travers la vision que nous renvoi les sites institutionnels libre d’accès des musées, que nous verrons si l’Orientalisme est un courant artistique populaire approfondit, qui permet à un large public de découvrir ce mouvement artistique, ou si ce n’est qu’un simple sujet démodé auquel personne ne semble s’intéresser de nos jours. Pour cela, nous allons étudier six sites internet de différents musées en lien avec l’Orientalisme, que nous allons étudier, critiquer et comparer entre eux.

Le premier est le site du Musée du Louvre, se trouvant à Paris, nous étudierons au niveau de sa base de recherche sur l’Orientalisme et la formation L’orientalisme ou l’art du voyage, qu’il propose face à ce sujet :

Musée Louvre, Paris(Capture d’écran) Site du Louvre

Le deuxième est un communiqué du Presse réalisé par le site du musée le Grand Palais, se trouvant à Paris, sur une exposition temporaire L’Orientalisme en Europe : de Delacroix à Matisse, qui s’est déroulée du 28 mai au 28 août 2011 :

Communiqué de presse, musée Grand Palais, Paris(Capture d’écran) Communiqué de presse du musée Grand-Palais

Le troisième est un PDF (Portable Document Format) du musée Fabre à Montpellier sur l’Orientalisme :

PDF Musée Fabre Montpellier(Capture d’écran) PDF du site du Musée Fabre

Le quatrième est un dossier pédagogique du musée d’art et d’histoire du judaïsme à Paris, sur une exposition temporaire Les Juifs dans l’Orientalisme qui s’est déroulée du 7 mars au 8 juillet 2012 :

Dossier pédagogique Musée d'art et d'histoire du Judaisme, Paris(Capture d’écran) Dossier pédagogique du musée d’art et d’histoire du Judaïsme

Le cinquième est également un dossier pédagogique réalisé par le Musée des Beaux-arts à Bordeaux, sur Orientalismes et les collections du musée du 26 avril au 23 juin 2014 :

Dossier pédagogique du musée des Beaux-arts Bordeaux(Capture d’écran)  Dossier pédagogique du musée des Beaux-arts de Bordeaux

Le sixième nous sommes sur le site du Musée des Beaux-arts de Montréal qui nous présente une exposition temporaire qui a eu lieu l’année dernière du 31 janvier au 31 mai 2015 sur Merveilles et Mirages de l’Orientalisme :

Musée des Beaux-Art Montréal(Capture d’écran) Site du musée des Beaux-arts de  Montréal

Le musée du Louvre se trouvant à Paris est un des plus célèbres musées mondial. Nous pourrions nous attendre ici à une description détaillée de l’Orientalisme où bien à une importante collection d’oeuvres dîtes orientalistes :

Recherche - Musée du Louvre Paris(Capture d’écran) Recherche « orientalisme » sur le site du Louvre

Malheureusement il n’en est rien ici. Il ne faut pas oublier que c’est un musée très grand de par sa taille et de par sa renommée, qui accueille tous les ans de nombreuses œuvres et propose des expositions temporaires variées. Nous pouvons donc comprendre ici, que le Louvre ne peut pas rendre compte de chaque mouvement artistique dont l’Orientalisme bien que ce soit selon notre avis, un mouvement majeur. Nous aurions cependant bien aimé qu’il propose ne serait-ce qu’une courte description de courant. Lorsque nous tapons dans sa base recherche « orientalisme » (ci-dessus capture d’image), nous trouvons 316 résultats d’œuvres (la majorité étant des oeuvres peintes) qui ne sont pas forcément classés (selon auteur, date, titre ou médium spécifique), ce sont des recherches que nous pouvons filtrer (proposition de filtrer par sous-rubriques pour axer davantage la recherche). L’organisation de navigation est simple et le visuel assez clair pour voir l’ensemble des résultats lié au recherches voulues. Le Louvre a eu cependant l’idée appréciable de proposer une formation sur la question de L’orientalisme ou l’art du voyage, afin d’enrichir nos connaissances en histoire de l’art autour de plusieurs problématiques : Qu’est-ce que l’orientalisme ? Comment l’orientalisme, entre rêve et réalité, inspire les artistes du XIXe siècle ? Quelle importance revêtent  les voyages et les conquêtes coloniales sur le travail des artistes au XIXe siècle ? Il propose une visite des collections du musée et de découvrir des artistes fondamentaux de l’Orientalisme tels que Delacroix (La mort de Sardanapale), Ingres (Le Bain Turc), Chassériau, en confrontant leurs œuvres. Cette formation est dirigée par Véronique Dalmasso, ayant le DESS en Histoire de l’Art, et enseignante à l’U.F.R des Arts de l’Université de Picardie- Jules Verne.

Bien que le Louvre ait pris la démarche de proposer une formation autour de l’Orientalisme, son site internet ne donne pas d’informations véritablement intéressante sur notre sujet. Nous pouvons comparer le site du Louvre au PDF du musée Fabre sur l’Orientalisme. La différence entre un site de musée et un PDF réalisé par un musée, est que nous pouvons avoir accès plus facilement à un site et à l’ensemble des informations liées au musée. Le PDF est déjà un document plus précis qui parle d’un sujet en particulier en lien avec ce que propose le musée et son site. Du point de vue du diffuseur, le site permet de regrouper tout un ensemble de manière synthétisé, le PDF lui permet de s’exprimer sur un sujet et de le développer, pour l’internaute s’il veut davantage se renseigner sur un sujet, le PDF  via le site du musée, peut lui être une source d’information intéressante. En effet nous pouvons apprécier l’effort du musée à faire un PDF autour de l’Orientalisme, cependant nous pouvons le critiquer sur différents points. Tout d’abord ce document s’intéresse au contexte historique du courant, de l’Antiquité jusqu’à nos jours mais avec chronologie désordonnée (parle d’abord du XIXe siècle puis de l’Antiquité, ce qui peut désorienter le lecteur qui veut connaitre ce mouvement). Ce document fait référence à quelques œuvres et artistes sans toutefois faire un véritable lien entre eux et les évènements orientalistes. De plus, nous avons peu d’informations sur l’Orientalisme dans le musée Fabre : a-t-il des collections d’oeuvres orientalistes ? Y a-t-il ou a-t-il eu lieu des expositions sur l’Orientalisme ? Par qui ce PDF est-il rédigé (experts en histoire de l’art, personne qui travaille au musée, simple rédacteur) ? Ce PDF permet cependant de découvrir des notions importantes du courant orientaliste (chronologie, pluralité d’artistes, liens entre différents courants) et propose en image quelques œuvres légendées, ainsi qu’une bibliographie quoique courte :

Musée Fabre - PDF(Capture d’écran) Bibliographie et image d’oeuvre légendée

Le site du Musée des Beaux-arts de Montréal présente une exposition temporaire sur Merveilles et Mirages de l’Orientalisme, sujet intéressant et précis qui peut nous intéresser pour découvrir sous d’autres angles l’Orientalisme. Nous avons des renseignement sur le commissariat de cette exposition qui est assuré par Nathalie Bondil, directrice et conservatrice en chef du Musée des beaux-arts de Montréal, et par Axel Hémery, directeur du Musée des Augustins, Toulouse, avec l’aide du commissaire associé Samuel Montiège, docteur en histoire de l’art de l’Université de Montréal. Le site est clair avec des article bien rédigés, il met à notre disposition plusieurs textes, vidéos ainsi que de nombreuses images légendées de bonnes qualités :

Musée Beaux-Arts Montréal - Exposition temporaire(Capture d’écran) Oeuvres de l’exposition temporaire Merveilles et Mirages de l’Orientalisme

Cette page du site du musée, présente donc le parcours de l’exposition, le contexte historique (article Le Salon, l’Orient dans l’histoire), il y a des citations tout au long de la page (« C’est trop beau pour moi seul. Il y a des tableaux partout. Ce n’est pas une ville, c’est un musée » Benjamin Constant à propos de la ville de Tanger). Il nous fait découvrir aussi le contexte géographique (L’Alhambra, antichambre de l’Orient, Tanger, les séductions de la « ville blanche »). mais aussi le contexte politique qu’il met en relation avec certains artistes, ce qui est très intéressant (Diplomatie coloniale au Maroc. Delacroix vs Benjamin-Constant). Le site permet également de découvrir des artistes actuels (Artistes marocaines actuelles à découvrir). Nous pouvons peut-être ici critiquer cette page sur un manque d’informations concernant la rédaction (qui sont les rédacteurs des articles ?), et l’absence de bibliographie mais nous savons que cette exposition était dirigée par des personnes compétentes dans le domaine artistique et muséal.

Nous pouvons à présent parler du communiqué de presse du Grand Palais à Paris sur L’Orientalisme en Europe : de Delacroix à Matisse, et du dossier pédagogique de l’exposition permanente les Juifs dans l’Orientalisme au musée d’art et d’histoire du Judaïsme à Paris également (deux documents plus précis que de simples informations diffusées directement sur des sites muséaux) . Tout d’abord nous sommes intéressés ici par le fait que ce sont deux musées différents se trouvant à Paris qui ont décidé d’organiser une exposition temporaire sur un sujet particulier dans le contexte de l’Orientalisme. Ce sont deux sujets vastes et intéressants à découvrir ici, sujets que l’on retrouve dans deux documents différents mais très complets sur deux expositions temporaires qui ont eu lieu.

Le dossier pédagogique commence par expliquer avec brièveté mais efficacité ce qu’est l’Orientalisme puis s’intéresse à la question du Juifs dans l’Orientalisme, il nous propose même un chapitre pour aller plus loin dans cette notion du Juif oriental, ainsi que des pistes pédagogique pour l’enseignement en histoire de l’art au niveau du primaire et du secondaire. Il affiche une bibliographie importante vers la fin de la page et un sommaire réfléchit en début de page. Bien que l’Orientalisme soit un sujet large et parfois difficile à comprendre, ce document pédagogique permet de traiter de l’orientalisme de manière général et de nous apprendre de nouvelles choses à travers le Juif oriental. Il fait le liens entre de nombreux artistes et des personnages importants, qui ont participé plus ou moins au courant orientaliste (nous avons mêmes des fiches détaillées pour certains), nous pouvons y voir plusieurs images d’oeuvres légendées, mais aussi de nombreux liens entre différents axes de l’orientalisme (géographique, historique, culturel etc.).

Sommaire - Musée art et histoire du Judaïsme, Paris(Capture d’écran) Sommaire de l’exposition temporaire les Juifs dans l’Orientalisme

Musée d'art et d'histoire du Judaïsme, le Juif dans l'orientalisme(Capture d’écran) Image d’oeuvre légendée et fiches détaillées de personnages importants dans l’Orientalisme

Le communiqué de presse du Grand Palais est moins fournit que celui du musée d’art et d’histoire du Judaïsme. Il est intéressant sur le fait que lui aussi s’intéresse à un axe particulier dans l’Orientalisme, à travers la figure de Delacroix jusqu’à Matisse dans une aire géographique précise (l’Europe). Nous avons une liste de plusieurs œuvres orientalistes, légendées, mises à notre disposition. Et, le communiqué de presse est rédigé en plusieurs langues (français, anglais, italien) et permet donc à davantage de visiteurs et de lecteurs de découvrir cette exposition temporaire et de manière plus générale l’Orientalisme.

Musée Grand-Palais, Exposition temporaire

(Capture d’écran) Images d’oeuvres légendées de l’exposition temporaire L’Orientalisme en Europe : de Delacroix à Matisse

Le dernier site muséal que nous étudions ici est sur le dossier pédagogique du musée des Beaux-Arts de Bordeaux sur Orientalismes et collections du musée. Ce dossier est intéressant dans le sens où il propose des repères chronologique et traite du sujet de manière large mais de manière chronologique. Nous regrettons l’absence de sommaire pour mieux se repérer mais le dossier nous renseigne sur son rédacteur, Jean-Luc Destruhaut, enseignant en service à mi-temps au musée des Beaux-Arts de Bordeaux. Nous avons également à notre disposition la bibliographie et la sitographie utilisée pour la rédaction du dossier pédagogique. Cependant, bien que le dossier explique l’Orientalisme de manière large, nous avons plus l’impression ici d’un simple catalogage des œuvres et collections du musées, mises plus ou moins en rapport avec les évènements orientalistes. De plus le dossier nous apparaît assez désorganisé voir brouillon avec un afflux d’images, de changement de taille et de couleur de police qui peuvent nous désorienté facilement, nous lecteurs qui désirons avoir une lecture simplifiée du sujet.

A travers ces différents sites de musées (que ce soit dossier pédagogique rédigé par l’équipe du musée, recherche sur le site du musée, ou articles publiés sur le site du musée), nous avons pu voir que chacun traitait différemment du sujet (définition de ce qu’est l’Orientalisme, sujet particulier, exposition temporaire, description de collection d’oeuvres orientalistes). Cependant, nous pouvons à présent dire que l’Orientalisme est véritable un courant majeur en histoire de l’art, car présent dans de nombreux musées, qui intéresse soit de manière générale, soit de manière plus axée sur tel ou tel sujet orientaliste. Sa présence dans des musées mais aussi sur internet permet à un large public de découvrir ce courant.

M.G

Bibliographie :

https://www.mbam.qc.ca/expositions/passees/merveilles-et-mirages-de-lorientalisme/

[Consulté le 30/03/16]

http://www.musba-bordeaux.fr/sites/musba-bordeaux.fr/files/images/article/orientalismes_-_dossier_pedagogique.pdf

[Consulté le 30/03/16]

http://www.mahj.org/documents/Juifs-dans-l-orientalisme-dossier-pedagogique.pdf

[Consulté le 30/03/16]

http://museefabre.montpellier3m.fr/pdf.php/?filePath=var/storage/original/application/f96083a31b923e29ba784d2e165b9f6b

[Consulté le 30/03/16]

http://www.louvre.fr/formations/l-orientalisme-ou-l-art-du-voyage

[Consulté le 30/03/16]

http://www.grandpalais.fr/fr/system/files/field_press_file/dp_orientalisme.pdf

[Consulté le 30/03/16]

Publicités

Le contexte historique de l’orientalisme

PHOTOLISTE_20090703163006_egypte_le_general_bonapa_600_Napoléon et la campagne d’Egypte

Pour comprendre ce qu’est l’orientalisme, il nous faut parler du contexte historique et de son apogée au XIXe siècle. Nous allons pour cela nous appuyer essentiellement sur quatre articles numériques, et en particulier sur deux provenant du site Réunion des Musées Nationaux – Grand Palais, site du Musée et plate forme libre d’accès qui regroupe des textes et articles qui traitent avec sérieux de notre sujet (l’orientalisme et le contexte historique), par des spécialistes en histoire de l’art, qui s’appuient sur une bibliographie intéressante (variés, de nombreux ouvrages). Les deux autres articles sont des plates formes libre d’accès fait par des amateurs, qui certes ne sont pas remis à jour, mais qui peuvent fournir des  informations intéressantes sur notre sujet en histoire de l’art. Le premier est un article sur le contexte historique en Orient au XIXe siècle rédigé par Laurent Hervé, le deuxième est un article histoire de l’art qui traite de manière générale de l’orientalisme.

La thématique de l’orientalisme traverse différents mouvements picturaux essentiellement au XIXe siècle et début XXe siècle tout en s’inscrivant dans une perspective historique importante. On ne peut pas dire que l’orientalisme est un pur mouvement pictural, c’est surtout une source d’inspiration au XIXe siècle pour les artistes et essentiellement les peintres aussi bien de style romantique que néoclassique. L’orientalisme devient objet de curiosité de fantasmes certes au XVIIe siècle mais l’est véritablement au cours du XVIIIe siècle. Nous pouvons citer ici Victor Hugo dans la préface de son ouvrage Orientales publié en 1829 : l’Orient devient « une préoccupation générale ». Il faut savoir que jusqu’à la fin du XVIIe siècle les seules relations qui existaient entre l’Orient et l’Occident étaient d’ordre commerciales. L’Orient et l’Occident se distinguent de par leur religion, leur culturel et se sont affronter maintes fois au cours de batailles, de croisades, de tentatives d’invasions. Mais c’est au XIXe siècle que va apparaître un véritable engouement pour l’Orient : son luxe, son mystère, le merveilleux qui l’entourent et qui inspirent depuis bien longtemps des artistes mais aussi des écrivains et même scientifiques. Va naître un sentiment de découverte, de partage, une envie de voyager et de visiter ces nouvelles contrées orientales. Au XIXe siècle, l’Empire Ottoman commence son déclin tandis que les puissances européennes rivalisent entre elles, pleines d’ambitions colonialistes. Nous pouvons bien entendu parler ici du cas de la France à travers la campagne d’Egypte de Napoléon Bonaparte (1798-1799), mais aussi de la guerre de libération de la Grèce (1821-1829), la conquête d’Algérie (1830). Tous ces évènements marquent le démantèlement progressif de l’Empire Ottoman lié aux rivalités et ambitions coloniales entre la France et l’Angleterre essentiellement, mais surtout l’amorce de l’orientalisme. L’ouverture des portes de l’Orient vont permettre les échanges, des missions et des voyages (notamment d’artistes et de scientifiques) qui vont se multiplier et donner un élan prodigieux à l’orientalisme. Il est important d’expliquer ici avec plus amples détails comment s’est déroulé la campagne d’Egypte menée par Napoléon, pour expliquer l’afflux de nombreux artistes en Orient, et donc l’importance de l’orientalisme durant le XIXe siècle.

L’Angleterre, principal ennemi de la France à cette époque, pour des raisons économiques, confie à Bonaparte l’expédition d’Egypte. C’est donc le 19 mai 1798, qu’un corps expéditionnaire de 38 000 hommes part vers l’Orient, emmenant avec lui une Commission des sciences et des arts constituée de plus d’une centaines de savants et d’artistes. Bonaparte souhaitait accompagner la conquête militaire d’une expédition savante pour mieux connaître l’Égypte antique et moderne.
Le 1er juillet 1798, l’expédition atteint Alexandrie. Les succès militaires mais aussi les défaites vont se succéder et aboutir à la capitulation française en 1801. Néanmoins, les travaux et les études que les savants et les artistes ont consacrés à l’Égypte ancienne mais aussi l’Egypte moderne durant le séjour militaire, sont une incontestable réussite. Malgré des conditions difficiles (chaleur, maladies, insécurité, manque temps et de matériels), ils sont parvenu a recueillir de nombreuses informations importantes rassemblées dans l’ouvrage Description de l’Egypte, ou Recueil des observations et recherches qui ont été faites en Egypte pendant l’expédition française, publié en 1809. En dehors du fait que l’expédition de Bonaparte en Egypte avait pour but de vaincre l’Angleterre, elle permet de créer une fascination des Occidentaux envers l’Orient à la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècle. A la fin du XVIIIe siècle, des savants européens quittent leurs cabinets, laboratoires, pour découvrir le monde oriental.

Ce sont donc les campagnes napoléoniennes en Egypte qui ont ouvert à la voie à l’engouement occidental pour l’Orient. On se construit un imaginaire de cet autre monde et les artistes sont séduits par cette culture nouvelle, ils l’a racontent en peinture à l’aide de motifs inspirés de l’art arabe mais aussi de l’univers des Milles et une nuits. De nombreux thèmes représentent le monde arabe, (la ville de Constantinople, le proche-orient etc.). Les scènes montre l’exotisme de la vie intime (harems), les villes d’un monde mythique que l’on redécouvre. Mais il ne faut pas oublier que toutes ses représentations sont vues et idéalisés d’un point de vue occidental. C’est donc après  plusieurs siècles, durant lesquels se développait une source d’imagination pour les artistes en quête de sujets exotiques, que l’Orient éveille en ces artistes occidentaux, une curiosité ethnographique à partir du milieu du XIXe siècle. Les peintres désormais s’intéresse davantage à la réalité de ces pays et même pour certains, à partager la vie quotidienne de leurs populations. Les peintres veulent témoigner et garder en mémoire ces pays (par exemple l’Algérie). Les tableaux orientalistes séduisent leurs contemporains, mais ils permettent d’enrichir le regard occidental sur l’Orient, comme nous l’explique notre article sur le site Réunion des Musées Nationaux – Grand Palais.

C’est donc grâce à cette nouvelle volonté de campagnes, d’explorations et de colonisations, que l’on redécouvre l’Orient. L’orientalisme est à son apogée avec une volonté non seulement de représenter les fantasmes et merveilles que suscitent ces pays orientaux, mais aussi une volonté de mémoire. L’inspiration de l’Orient continuera encore longtemps dans la peinture occidentale sous d’autres formes mais l’enthousiasme du XIXe siècle s’effacera plus tard pour laisser place à de nouveaux courants  plus portés sur la réalité sociale et politique (mouvement réaliste) ou encore des courants purement picturaux voir scientifiques (l’impressionnisme).

Grâce à l’étude de ces nos quatre articles, nous avons une bonne étude documentaire sur le sujet: le contexte historique de l’orientalisme. Certes les deux articles amateurs parle de manière général du contexte historique et du courant artistique mais nous permettent d’approfondir certaines connaissances sur notre sujet. Les deux autres articles issus du site Réunion des Musées Nationaux – Grand Palais, sont des bases solides et sérieuses pour notre article.

M.G

Bibliographie :

Alain GALOIN, Napoléon Bonaparte et l’Egypte, In : site Réunion des Musées Nationaux – Grand Palais
http://www.histoire-image.org/site/etude_comp/etude_comp_detail.php?i=1036

Fleur SIOUFFI, L’orientalisme, In : site Réunion des Musées Nationaux – Grand Palais
http://www.histoire-image.org/site/etude_comp/etude_comp_detail.php?i=223

Laurent HERVE, L’orientalisme, contexte historique, 1997-2005
http://orientaliste.free.fr/textes/contexte.html

http://www.histoiredelart.net/courants/l-orientalisme-17.html